Billets de webmaster1-section

L'EX SECRÉTAIRE CGT DU COMITÉ D'ENTREPRISE D'EURO DISNEY CONDAMNE A SIX MOIS FERME

Le Parisien, le 23 06 2017

Coupable d’abus de confiance et de complicité de suppression frauduleuse de données, Amadou N’Diaye a participé, entre janvier 2007 et décembre 2009, au détournement de 413 000 euros au préjudice du CE de l’entreprise.

Chemise violette sur le dos, Amadou N’Diaye a baissé puis hoché la tête de dépit.

Ce vendredi, l’ex-secrétaire général CGT du comité d’entreprise (CE) d’Euro Disney, la société exploitant Disneyland Paris, à Chessy, a été jugé coupable d’abus de confiance et de complicité de suppression frauduleuse de données.

Entre janvier 2007 et décembre 2009, il a participé au détournement de 413 000 euros au préjudice du CE de l’entreprise avec Raymond Mion, ex-coordinateur du CE.

Amadou N’Diaye a été condamné par le tribunal correctionnel de Meaux à deux ans d’emprisonnement dont dix-huit mois avec sursis, 60 000 euros d’amende assortis du sursis et à une interdiction de cinq ans d’exercer une activité au sein d’un comité d’entreprise ou de contrôler une activité commerciale.

Raymond Mion a été jugé coupable d’abus de confiance et de complicité de suppression frauduleuse de données.

Aujourd’hui à la retraite, l’homme de 69 ans a été condamné à dix-huit mois d’emprisonnement dont douze avec sursis, 50 000 euros d’amende assortis du sursis et à une interdiction de cinq ans, malgré sa retraite, d’exercer une activité salariée au sein d’un comité d’entreprise ou de contrôler une activité commerciale.

La troisième prévenue, coordinatrice du CE après le départ à la retraite de Raymond Nion, a été relaxée au bénéfice du doute de la totalité des poursuites.

Illustration. Le tribunal correctionnel de Meaux a condamné ce vendredi Amadou N’Diaye à deux ans d’emprisonnement dont dix-huit mois avec sursis.

Le Parisien, le 23 06 2017

Separe

L’OURAGAN IRMA….PAS SI DOUCE…APPEL A LA SOLIDARITE DES SALARIES D'EURODISNEY

La CFDT EuroDisney s’associe à la douleur des familles et des proches ayant subi le passage de l’ouragan à Saint-Martin, Saint Barthélemy, la Guadeloupe et l’ensemble des îles des Caraïbes.

Nous sommes humainement concernés par cette catastrophe et souhaitons être au plus prêt de nos salariés qui sensibles également, souhaitent participer/aider à la reconstruction et aider concrètement nos concitoyens.

La CFDT EuroDisney met en place dès demain, dimanche 10 septembre et durant deux semaines, un point relais pour acheminer vos dons matériels et financiers à La Croix-Rouge Française.

Nous serons à la section, Bâtiment Mary Poppins, bureau CFDT, pour faire parvenir à cette association reconnue la Croix-Rouge vos dons :

- dons matériels : produits de premières nécessités, produits d’hygiènes, vêtements…

- dons financiers : uniquement par chèque à l’ordre de : La Croix-Rouge Française « Urgences Caraïbes »  

Nous effectuerons le relais de la solidarité des employés d’EuroDisney, même 1€ symbolique est important pour montrer que nous sommes concernés!

Lire la suite

LES FEMMES LEADERS DE DISNEYLAND PARIS SONT A L'HONNEUR !

La 2ème édition du Women’s Forum animée et organisée par Catherine POWELL a eu lieu le 1er juin dernier au New York Hôtel.

Nous souhaitons la remercier de cette belle initiative, à savoir, avoir mis pour la première fois le management féminin en avant et de lui avoir donné la parole dans un climat de confiance.

Cette assemblée constituée de femmes : Team leaders, Team Leaders Expérimentés, Managers, Senior Managers, Directrices, Vice présidentes, Senior Vice-présidentes était l’occasion d’exprimer tous nos souhaits afin d’améliorer la parité homme/femme et donc la représentativité de l’encadrement féminin à DLP.

Lors de cet évènement, nous avons pu constater que notre PDG encourageait la liberté de paroles et souhaitait un développement de la confiance de femmes leaders et futures leaders.

"Il faut prendre des risques mesurés et OSER!".

Nous avons pu poser une question concernant l'acompagnement, la formation des femmes leaders et leur ascension vers les postes clés de DLP.

Djamila OUAZ (Responsable CFDT de Disneyland Paris) a souligné qu'un programme structuré était nécessaire et souhaite faire de ce dossier une priorité pour améliorer le parcours des femmes leaders de DLP.  "Une évolution pour la représentativité dans notre entreprise, être moteur dans le développement des carrières des femmes!"

Concernant le dossier sur le Télétravail, Catherine POWELL nous a clairement dit être en cours de réflexion / de travail notamment sur les moyens/outils et la sécurité des réseaux nécessaires à ce projet. Elle reviendra vers nous prochaiement.

Pour rappel, la CFDT a clairement appelé à l'ouverture des négociations sur le dossier du Télétravail et sur le droit à la déconnexion (voir lettre envoyée à la direction datant du 22 mars 2017 dernier). Nous sommes toujours en attente d'une réponse...Nous continuerons à suivre ce dossier!

Nous notons également que beaucoup de questions/ remarques concernant l'allaitement ou d'autre points liés à la maternité sont méconnus de la plupart d'entre nous.  Le droit du travail stipule pourtant clairement nos droits sur ces sujets (voir liens mis en bas d'article pour plus d'informations). La CFDT se tiens à votre disposition si vous souhaitez obtenir de plus amples renseignements sur les obligations dans ces domaines, nos expert(e)s sont à votre écoute et s'engagent à vos côtés !

Le message à retenir de notre PDG :  " la communication est primordiale, il faut développer la confiance".

Suivez cette dynamique portée par Catherine POWELL, la parole vous ai donné!

Paola Bégué

 

Articles issus du code du travail faisant références à l’allaitement :

  • Articles L1225-30 à L1225-33
  • Articles R1225-5à R1225-7
  • Articles 4152-13à R4152-28

Voir liens ci-après des articles les plus représentatifs suite aux questions posées sur ce sujet :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006195594&cidTexte=LEGITEXT000006072050

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006072050&idArticle=LEGIARTI000018488411&dateTexte=&categorieLien=cid

Lire la suite

Rapport et analyse de l'enquête "Parlons Travail" effectués par la CFDT

Rapport et analyse de l'enquête "Parlons Travail" effectués par la CFDT.

=> 200 000 participants et 20,4 millions de réponses !

Cette grande enquête sur le travail a permis grace à un questionnaire précis de mettre en avant vos problématiques et de remonter en toute liberté vos remarques.

Quelques thèmes abordés :

  • "Heureux " au travail ?, ma santé et mon travail, ma qualité de vie au travail,
  • "Autonomes" au travail ? : horaires vivables, charge de travail tolérable, marge de manoeuvre, la liberté d'expression au travail, le choix de mon parcours....

Bonne lecture,

Lire la suite

Attention peluches !

DISNEYLAND PARIS A VENDU DES PELUCHES POTENTIELLEMENT DANGEREUSE PENDANT 2 ANS : PAULINE EN A ACHETÉ ET EST RÉVOLTÉE

Une jeune Belge a appris que les peluches qu’elle avait achetées à Disney Land Paris contiennent une substance chimique dans une proportion dépassant la norme européenne. Le parc d’attraction invite les consommateurs à retourner ces produits.

Disney Land Paris demande aux personnes qui ont acheté certaines peluches dans ses boutiques de retourner leurs produits. Une quinzaine de peluches vendues entre décembre 2015 et mai 2017 sont concernées. Elles contiennent des substances chimiques à un niveau excédant celui fixé par la nouvelle législation européenne en vigueur depuis le 21 décembre 2015. Pauline, une Bruxelloise âgée de 25 ans, a acheté deux de ces peluches en janvier 2016. Elle nous a contactés via notre bouton orange alertez-nous pour nous faire part de son indignation.

Pauline découvre le rappel produit par hasard sur internet

"Un nombre considérable de peluches doivent être concernées. Beaucoup d'enfants doivent avoir des peluches toxiques ! Depuis 1 an et demi il est temps de s'en rendre compte !", gronde Pauline. La jeune femme a acheté deux de ces jouets – Stitch & Angel et Émile de Ratatouille — dans le célèbre parc d'attractions pour son compagnon et les enfants de sa sœur.

Elle a appris le rappel de ces produits via une publication de la page Facebook "Disneyland paris bons plans" datant du 16 mai dernier. Tous les numéros de série de ces jouets y sont listés, avec les photos et les noms des personnages. Les visiteurs concernés sont priés de ne plus utiliser ces peluches et de les retourner à Disney Land Paris pour être remboursés", peut-on lire. Aucune explication n’est avancée quant à la raison de ce rappel. Les clients sont invités à prendre contact par mail avec le service après-vente.

Une substance toxique à l’intérieur des peluches

Pauline a appris dans le commentaire d’un internaute que les peluches listées contenaient une trop forte concentration d’un produit chimique. Elle a écrit au service après-vente, non dans le but de se faire rembourser— elle aimerait les conserver comme éléments de décoration —, mais pour en savoir plus sur les dangers de ces peluches avec lesquelles les enfants de sa sœur ont joué depuis presque deux ans. 15 jours plus tard, un responsable de la communication de Disney Land Paris lui a finalement fourni quelques explications : "Des tests de qualité récents indiquent que certaines parties de ces peluches contiennent des substances chimiques excédant la nouvelle limite réglementaire du 21 décembre 2015. Il y a un risque chimique en raison de la présence de quantités supérieures à la dite limite d’une substance (TCPP) suspectée toxique pour la santé dans les parties internes de cette peluche."

"Quelques dizaines" de peluches retournées

Martina Stuben, porte-parole de Disney, insiste sur le fait qu’il s’agit d’un "rappel de précaution" et qu'"aucun incident n’a été identifié". Elle fait état de seulement "quelques dizaines de retours" de ces produits, sans nous indiquer le nombre de peluches vendues. "Nous conduisons régulièrement des tests de qualité sur l’ensemble de nos produits", ajoute-t-elle. Alors comment se fait-il que les ventes de ces peluches ont continué jusque mai 2017 ? Nous n’avons pas obtenu de réponse.

Des jouets qui ne respectaient pas les nouvelles restrictions sur les retardateurs de flammes

L’Union européenne fixe des règles en matière de sécurité des jouets et se targue, en la matière, d’avoir mis en place une législation parmi les plus strictes au monde, notamment concernant l’utilisation de produits chimiques. En 2014, elle a publié trois nouvelles directives pour amender la directive sur la sécurité des jouets de 2009. De nouvelles restrictions ont notamment été introduites sur les retardateurs de flammes : TCEP, TDCP et TCPP. C’est ce dernier produit chimique, appelé aussi "tris(2-chloroisopropyl) phosphate", qui se trouvait à l’intérieur des peluches Disney. Les jouets destinés à l'usage d'enfants de moins de 36 mois ne doivent désormais pas contenir plus de 5 mg/kg de chacune de ces substances. Les États membres avaient jusqu’au 21 décembre 2015 pour appliquer ces nouvelles dispositions.

Le TCPP, un produit chimique au "pouvoir cancérogène potentiellement préoccupant"

La nouvelle législation s’appuie sur un avis du Comité scientifique des risques sanitaires et environnementaux (CSRSE). Celui-ci a mené une étude qui a montré que le TCEP décelé dans les jouets présentait un risque pour les enfants. Le CSRSE a également évalué le TCPP et le TCPP, qui constituent des substituts halogénés du TCEP. Si le TCPP n’est pas classé en tant que substance cancérogène par l’Union européenne, le CSRE lui a constaté un "pouvoir cancérogène potentiellement préoccupant".

Les peluches de Stitch & Angel achetées par Pauline se trouvent désormais en haut d’une armoire et Émile de Ratatouille dans un emballage plastique...

Source : RTL Info, le 15 06 2017

La CFDT de Disneyland Paris effectue le suivi de ce dossier et ne manquera pas de vous donner toutes les informations nécessaires afin de bien comprendre si un risque éventuel sur la santé des employés est potentiellement en jeu.

PLATEFORME PARTICIPATIVE, C'EST LE MOMENT DE DONNER VOS IDEES !

Cher(e)s adhérent(e)s de Disneyland Paris,

Nous vous invitons massivement à donner votre avis et exprimer vos idées :

Déjà près d’un millier de participants sur la plateforme participative de la CFDT ! Bon nombre d’entre vous nous ont exprimé leur satisfaction vis-à-vis de la plateforme. Plus le nombre de participants à la plateforme sera important, plus la légitimité et la pertinence des solutions proposées se verront renforcées.

Tous les adhérents n'ont pas encore eu l'occasion de s'exprimer, car ils ne sont pas encore tous informés. C'est pourquoi nous vous encourageons à aller régulièrement sur la plate-forme, participer aux débats, exprimer votre point de vue et à encourager tous vos militants et adhérents à faire de même.

participons.cfdt.fr

Le 24 février, Laurent Berger a rencontré une dizaine contributeurs parmi ceux dont les propositions sont les plus soutenues sur la plateforme. L'objet de cette rencontre était d'échanger sur les pistes de solution proposées par les participants. Une autre rencontre de ce type sera organisée fin mars avant la fermeture de la plateforme. 

En parallèle de la plateforme, des débats en présentiel sont organisés régulièrement dans les régions sous la forme d'ateliers relais. Alors connectez-vous régulièrement et cliquez sur l’onglet "Evénements" pour être informés d’un événement organisé près de chez vous !

Capture d ecran 2017 03 01 a 22 13 21

LOI TRAVAIL : UN TABLEAU POUR TOUT COMPRENDRE

Th 330x550 tableau loi t jpg

Article par article, tableau de suivi la loi travail et des décrets mis en œuvre, avec les commentaires de la CFDT.

A télécharger : Tableau loi travail fevrier 2017 (761.17 Ko)

 

Travail du Dimanche

Alors que la Direction d'Eurodisney refuse toujours d'octroyer des contreparties au travail du dimanche et en soirée aux salariés, pire d'ouvrir des négociations sur le sujet malgré les demandes pressantes et récurrentes notamment de la CFDT Eurodisney, nos voisins du Val d'Europe, la Vallée Village, ont conclut un accord.

Fort de cet accord signé par les Partenaires Sociaux de la Vallée Village (l'accord a été signé par la CFDT, la CFE-CGC, le Medef, la CPME et l’U2P), la CFDT Eurodisney va de nouveau saisir la Direction de l'entreprise sur ces thématiques espérant en cela être soutenue cette fois-ci par les autres Organisations Syndicales. Rêver n'est pas interdit ...

Les salariés de la Vallée Village ont notamment droit :

- à un jour de repos supplémentaire après 20 dimanches travaillés dans l’année et deux jours après 30 dimanches;

- pour chaque heure de travail en soirée les salariés pourront également récupérer une heure;

- la majoration de salaire passe de 50 à 100% pour tous les salariés qui travaillent le dimanche ou en soirée, y compris ceux en forfait jours;

- à une participation de l’employeur aux frais de garde d’enfants (ticket CESU de 50€ à 70€ selon le nombre d’enfants pour le dimanche et de 20€ pour la soirée) et aux frais de transport (frais kilométriques et de covoiturage, voire de taxi ou de VTC).

Th 670x670 vallee village jpg

Souce photo : CFDT_ Ile De France